L’idée est effrayante, mais avérée : lorsque l’on se fait agresser, le traumatisme psychique modifie notre ADN. Cela est vrai aussi pour les autres causes de traumatismes (accident par exemple). Rassurons-nous tout de suite : cette modification est réversible. A condition d’y travailler sérieusement.

traumatisme épigénétique

Si vous êtes inscrits au site (il suffit d’ajouter votre adresse mail à droite), vous allez très bientôt recevoir la date de sortie de mon premier livre, où j’explique clairement et avec des termes simples tous les mécanismes qui nous affectent lors d’un évènement traumatisant. J’y parle donc aussi de l’épigénétique, une discipline de recherche assez récente sur les changements de l’ADN au cours de notre vie. Je tenais à apporter quelques éclaircissements ici car c’est quelque chose d’assez peu connu, et pourtant cela nous influence énormément.

La vidéo ci-dessous explique comment ces mutations sont possibles. Des chercheurs de l’université de Genève ont réalisé des prises de sang qui ont mis en avant le traumatisme chez des victimes de violences sexuelles. Les résultats qu’ils obtiennent sont incroyables :

La composition de l’ADN est innée, mais ses éventuelles modifications sont acquises. Imaginez un mur en briques, c’est votre ADN à votre naissance, l’héritage génétique de vos parents biologiques. C’est lui qui détermine la couleur de vos yeux, de vos cheveux, etc… Au cours de la vie du mur, on peut y faire des modifications, comme ajouter un enduit par exemple. C’est la même chose avec l’ADN : on peut y ajouter des molécules qui pourront « éteindre » ou « allumer » certains gènes.

C’est en cela que l’environnement influence énormément notre santé. Des particules polluantes peuvent entraîner l’apparition de cancers via cette propriété de l’ADN. Les UV entraînent le bronzage (à exposition modérée soyez prudents !) car ils stimulent la production de mélanine de par les mutations induites.

Nos comportements modifient donc l’ADN, et si vous avez regardé la vidéo vous savez maintenant que ces modifications sont transmissibles à votre descendance. Si vous avez des comportements sains comme une activité physique régulière et une alimentation équilibrée, alors vous favorisez l’expression de gènes « santé », comme ceux de la création de muscles. En revanche, si vous mangez trop sucré et si vous êtes stressés, vous favorisez l’expression de gènes nocifs : les gènes qui induisent la production de cortisol et de transformation des sucres en graisse. Si vous êtes en surpoids, il est probable que vos enfants auront une tendance à grossir plus facilement. Ce n’est pas systématiquement le cas, mais c’est une tendance observée statistiquement.

Etant donné que l’environnement influence notre matériel génétique, il serait dommage de ne pas utiliser cette propriété à notre avantage. On suppose que le comportement modifie l’ADN, car ce sont les propriétés épigénétiques qui auraient permis la domestication du chien par exemple. A force d’être docile, les gènes ont amplifié cette soumission car la sélection a fait que les conditions de survie étaient meilleures pour l’espèce ainsi. C’est probablement pour cela que certaines races de chiens et de chat sont connues pour avoir des caractères spécifiques (siamois…). Dernier exemple parlant, ne dit-t-on pas « tel père tel fils » lorsque les caractères sont les mêmes ? Bien sûr il y a du mimétisme (on veut faire comme papa), mais le phénomène a été observé lorsque des enfants grandissaient avec d’autres adultes que leurs parents biologiques.

Les propriétés modulables de l’ADN sont un élément supplémentaire pour se motiver à adopter des habitudes de vie saine. Le traumatisme a laissé des traces jusque sous la peau, ce n’est pas une métaphore, nos cellules ont été lésées. C’est injuste, on n’avait rien demandé et notre santé, notre identité sont directement touchées. Nous avons le choix entre laisser ces changements s’amplifier en négatif, ou bien rompre ce cercle vicieux. Ce n’est pas si difficile. Il faut fournir des efforts réguliers, pas forcément intenses.

Ce n’est pas pour rien que les tyrans ont autant de pouvoir sur des générations. Les populations vivant dans la peur s’adaptent génétiquement. Le viol est une arme de guerre parce qu’elle entraîne des lésions à vie, et ces victimes de guerre sont souvent trop mal suivies médicalement pour pouvoir s’en sortir.

La meilleure façon de réparer son ADN est d’apprendre à se relaxer. Tous les moyens sont bons. Déjà, dix minutes de sport par jour suffisent. L’autodiscipline consiste à être régulier avant tout, les résultats seront là rapidement si vous vous y tenez. Tous les jours, faites au moins une activité qui vous fait plaisir, afin de stimuler la libération de substances liées au bonheur. De cette façon les gènes libérant ses substances sont amplifiés et ceux libérant des substances nocives sont atténués.

C’est pour cela qu’il ne fait pas prendre le bien-être à la légère, ni les habitudes de vie saines. Si vous adoptez des mauvaises habitudes par paresse, et plus vous attendez pour changer plus ce sera difficile. Le bon moment pour prendre des décisions c’est maintenant. Les efforts en valent largement la peine. C’est un plaisir maintenant pour moi de me lever tôt, de travailler et de me bouger. Si on m’avait dit que je serais ainsi il n’y a pas si longtemps j’aurais beaucoup ri, je n’y aurais tout simplement pas cru.

Il serait dommage de conclure cet article en omettant d’y mettre la photo d’un organisme génétiquement modifié. Les OGM n’ont rien à voir avec le sujet que je viens de vous présenter, mais puisque l’on parle d’ADN je me devais de vous présenter Alba! C’est un lapin fluorescent créé par l’artiste contemporain Eduardo Kac et la généticienne française Louis-Marie Houdebine, c’était en 2000.
Alba épigénétique trauma